/ SELF PORTRAIT CAMOUFLAGE -
 / SELF PORTRAIT CAMOUFLAGE -
 / SELF PORTRAIT CAMOUFLAGE -
 / SELF PORTRAIT CAMOUFLAGE -

SELF PORTRAIT CAMOUFLAGE

(2006)

Dans un dispositif blanc, un corps surexposé. Silhouette à nu, sans possibilité d’échapper au regard. Un relief de chair sexué, contracté, inscrivant une image peu à peu recouverte par d’autres images, comme autant d’habillages symboliques. C’est un trajet avec cette figure chargée de points de tension et de motifs discordants que nous restitue Latifa Laâbissi. Une traversée, pour tisser entre elles les zones d’ombres de l’invention de soi ; dessiner des liens – entre les fantômes d’un imaginaire social toujours présent et le nœud subjectif de leur élaboration. Danseuse. Femme. Arabe. En France. Son corps tendu en un miroir grimaçant. Self portrait camouflage : dans le paradoxe du titre résonne une stratégie à double tranchant. Dévoiler et recouvrir, comme deux faces d’un même geste : la capture d’une image impossible – car déjà capturée par d’autres histoires, d’autres discours, d’autres représentations. Comment s’élabore la différence ? Et comment exposer les cadres qui ont servi à la mettre en scène ? Au travers d’une figure accompagnée de son peuple d’autres, Latifa Laâbissi montre et démonte la fabrique du politique – ses frontières sociales, sexuelles et culturelles. Elle dresse une carte comprenant drapeau, visage, voix – portrait d’une altérité dont le camouflage sert aussi d’opération de décryptage. Défilent des symboles pris à l’endroit du trouble, passés au filtre du travestissement et de la subversion, du rire et de sa grimace. Murmurent des voix : celles d’un présent qui continue à chantonner la ritournelle de l’autre menaçant. Et la voix des muets, des tus, des tutoyés, des montrés-du-doigts. C’est avec ces paroles, et dans ce corps que s’effectue la possibilité d’un renversement – de l’intérieur même des signes qui se superposent, des masques drôles ou tragiques qui recouvrent son visage. Une chorégraphie des formes sociales, un carnaval où le regard est saisi en son point aveugle, révélé en tant que construction, palimpseste. Comme le personnage de Marguerite Yourcenar qui « s’était vu voyant », nous voyons apparaître un angle mort : le fond imaginaire d’où nous regardons ; et l’inquiétante étrangeté qui accompagne notre reflet dans le miroir.

Gilles Amalvi